Une magnifique demeure - Suzanna Carrière
Suzanna Carrière

Mon travail, c’est aussi ma passion: l’esthétisme et la beauté. Travaillant dans un magnifique espace au Centre-Ville de Montréal, je suis toujours aux petits soins pour ma clientèle. C’est d’ailleurs ce que je vous partagerai sur ce blogue, mon quotidien dans ce fabuleux domaine - en plus d’un paquet de sujets qui me passionnent. Et non, je n’oublie pas mes enfants chéris qui comblent ma vie.

Une magnifique demeure

Une magnifique demeure - Suzanna Carrière

Ce sont les premiers jours de mon installation dans cette maison que j’ai compris que je ne voudrais plus jamais la quitter. Avec mon conjoint, nous avions cherché une demeure pendant plus de six mois. Mes amis, Marthe et Adrien, qui ont fini par obtenir un Prêt de consolidation Montréal, nous ont invités pour un weekend dans la demeure de la tante de Marthe. La jeune femme avait hérité de ce lieu charmant, et elle souhaitait le transformer pour qu’elle puisse y habiter toute l’année. Quant à son compagnon, il a une activité professionnelle en ville qu’il ne peut pas quitter ; leur arrangement était de se voir en fin de semaine et pendant leurs jours de vacances. Ainsi, aucun des deux ne voulait faire de concession. Même si je ne choisissais pas cette option, je peux comprendre qu’ils aient pris cette solution. Mon amie m’avait envoyé quelques photographies de sa nouvelle demeure, mais elle m’avait à peine parlé des environs.

Mon conjoint, a conduit pendant toute la route. Il savait que j’étais fatiguée. Cependant, je lui avais demandé plusieurs fois s’il voulait que je prenne le volant. Il m’avait répondu par la négative. En arrivant à notre destination, j’ai constaté que mon mari était fatigué, ce qui n’était pas étonnant. Nous avons posé nos bagages dans la chambre qui nous avait été attribuée puis nous sommes restés avec nos hôtes pendant plus d’une heure avant d’aller nous coucher. Quand j’ai vu le premier rayon de soleil percer à travers les rideaux, je me suis levée. J’étais la première et je me suis pris un café, que j’ai bu à l’extérieur, sur la terrasse. Les oiseaux chantaient, une magnifique journée débutait.

Je n’ai pas entendu Adrien arriver. J’ai sursauté lorsqu’il m’a saluée. J’étais dans mes pensées, car je me sentais si bien dans cet endroit que mon esprit était libre. Il m’a parlé de sa difficulté à laisser sa compagne seule dans ce logement, pendant la semaine, comme le prévoyait leur arrangement. Il ne se résolvait pas à ne plus la voir autant qu’auparavant. De son côté, la jeune femme vint me voir dans l’après-midi pour me tenir un discours presque identique. Elle commençait à revoir sa position, et elle envisageait même, mais à contrecœur, de vendre l’habitation. Elle m’a proposé de l’acheter et j’ai saisi l’occasion qu’elle me présentait. Maintenant, elle sait qu’elle peut revenir quand elle le souhaite, et pour ma part, je suis devenue propriétaire d’une magnifique demeure.